// Général/// Institutions

Notre pouvoir // Une contribution de Samuel Doux, réalisateur, scénariste, écrivain

img-185,75 % des Français sont connectés à internet. // On peut donc supposer que la presque totalité du corps électoral dispose d’une fenêtre numérique. // Pourtant un nombre restreint d’internautes s’intéressent à la vie politique : la mobilisation ne concerne que 20% à 30% des « connectés ». // Pourquoi si peu ? // Internet fonctionnerait à l’ancienne, avec des leaders d’opinion. // C’est vrai on se demande toujours : qui pour incarner ? Pour rassembler ? Pour porter ? // C’est important. Il faudra sans doute ces figures à un moment. // Avant cela pourquoi ne pas être nous tous, ensemble, un leader d’opinion. // Un leader collectif, un leader fait d’une multitude, rapide pourtant et avec une force de proposition sans précédent puisque potentiellement globale. // Il faut faire le pari (le parti) de l’intelligence collective. // C’est peut-être l’idée centrale de ce que pourrait être une nouvelle démocratie. // Les outils existent aujourd’hui pour la mettre en place. // « Qu’il s’agisse de géopolitique ou de sport, de cinéma ou d’élections, toutes les études conduites depuis un quart de siècle s’accordent pour conclure que le consensus d’une foule de parieurs est une prévision plus fiable que celles d’un expert réputé ou d’un sondage d’opinions. » Emile Servan Schreiber, spécialiste mondialement reconnu des marchés prédictifs. // Modestement c’est ce que POLIS tente de mettre en place. // De l’intelligence collective au service de la politique, c’est à dire de notre quotidien. // Nous le voyons déjà des centaines de personnes sont intéressées. // On peut faire du nombre. Réunir des lecteurs. Mais comment les transformer en acteurs ? // La prise de parole est plus difficile. // Difficile de croire que donner son point de vue puisse être utile. // À quel point avons nous été ignorés, oubliés, méprisés pour qu’on pense nos mots sans poids, sans intérêts ? // Nos ‘dirigeants’ de tout bord ont réussis à nous repousser à la marge. // Si nous sommes convaincus que nous ne pouvons pas changer les choses alors leur victoire sera totale. // Mais trouvons-nous réellement que la parole des femmes et des hommes politiques d’aujourd’hui soit si intéressante ? // La réponse est dans la question. // Notre pouvoir est là. Dans notre capacité à nous exprimer et à nous réunir en grand nombre autour d’une idée, d’une proposition. // Avant pour le grand nombre il n’y avait que les manifestations, l’adhésion à un parti aujourd’hui il y a internet. // Bien utilisé ça peut-être l’outil de l’émancipation et du pouvoir. // PARLEZ MAINTENANT. // Car bientôt certains politiques sauront utiliser efficacement les réseaux et ils nous cibleront mieux. // Ils ont du retard, ils le rattraperont. Ils parviendront à nous satisfaire entièrement grâce à des fictions que nous voulons entendre. // « Mon ennemi c’est la finance. » // On se souvient de cette fable. // De la politique nous ne sommes pas désintéressés, nous en sommes désabusés. // Aujourd’hui l’outil numérique peut nous permettre de déchirer ce voile tendu entre nous et ceux qui dirigent. // Demain ce n’est pas sûr. // Le réseau numérique c’est l’action politique enfin possible pour tous. // Imaginons. // On invite un groupe d’amis chez soi régulièrement. On discute. Les idées fusent. On veut se faire entendre. On répercute ses idées sur une plateforme dédiée et ouverte. // Un syndicat citoyen. // D’autres personnes à d’autres endroits et surtout avec d’autres opinions font la même chose. // Les idées s’agrègent. // Bientôt des priorités pour changer réellement la donne surgissent, décidées par le plus grand nombre et donc incontestables. // 87,75% des Français sont connectés. 87,75% des Français sont donc en capacité d’agir et de proposer. // Ainsi nos représentants ne seront plus des acteurs politiques moribonds et empêchés, mais des idées bien vivantes. // Faisons l’expérience d’une voix citoyenne qui pèse enfin et de façon directe. // Peut-on y croire ? // Utopique et rêveur ! Dira-t-on. // Je ne pense pas. // Nos idées valent mieux que leurs échecs. // Alors plutôt que de sourire avant de passer à autre chose. Mettons-nous à penser ensemble.

2 réflexions sur “Notre pouvoir // Une contribution de Samuel Doux, réalisateur, scénariste, écrivain

  1. Pingback: La fin des moyens ou les moyens de la fin ? // Une contribution de Mazarine Pingeot, écrivain, professeur de philosophie à Paris 8 | // POLIS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s