// Droits Libertés/// Général/// Photographies

Entendez-vous la clochette des parias ? // Une contribution Stéphane Lagoutte, photographe

Campement Rom en banlieue parisienne.

Campement Rom en banlieue parisienne.

Campement Rom en banlieue parisienne.

Campement Rom en banlieue parisienne.

Campement Rom en banlieue parisienne.

Il existe des zones effrayantes en France. Il existe des zones qui sont dangereuses. Mais elles sont moins étendues, moins nombreuses qu’on veut bien le penser. Prenons l’exemple des camps de Roms. J’y suis allé. Je peux en parler. C’était un samedi, probablement le lendemain d’une soirée un peu trop arrosée avec un ami. J’avais une commande importante pour Libération. Je préparais un grand angle sur un camp de Roms dans un sous bois en bord de rocade à Villeneuve le Roy. Ce samedi, c’était la deuxième fois que je m’y rendais. Nous avions débarqué là la semaine précédente avec une journaliste stagiaire qui parlait roumain. Nous avions été bien accueillis aussi grâce à l’entremise d’une association en contact avec le camp. Une association qui faisait son travail et créait du ‘lien social’ ainsi que des conseils pour l’administratif. Première rencontre et premiers échanges. Rapidement les clichés tombent. Les familles de ce camp s’arrangeaient pour que leur enfants aillent à l’école. Certains voisins acceptaient leur présence discrète. Profitaient parfois d’un repas organisé par l’association pour venir à leur rencontre. Ils sont propres. Ils sont travailleurs et se font aussi exploiter. Vingt euros la journée de maçonnerie. Mais c’est toujours mieux que d’aller dans le métro même s’ils arrondissent aussi leurs fins de mois comme cela… Ce samedi le reportage s’étire. Installés dans l’ombre du sous bois il y a une forme de langueur, le temps se ralentit. Je dépose les armes et mon appareil photo tout en m’affalant sur le canapé. Aidé par la fatigue et les vapeurs d’alcool de la veille j’accepte de me laisser aller et sombre dans une sieste. Dormir dans un camp de voleurs, de tricheurs, d’exploiteurs. Dangereux ? Avec mon matériel photo en plus ! Décidément il ne me semble pas avoir pris de risque. Cette sieste fut même certainement mon meilleur allié pour gagner leur confiance. J’ai eu droit à un café au réveil (qui ne m’a pas rendu malade) et à de vrais moments de partages où ils oubliaient l’appareil photo. Bien sûr je ne suis pas naïf et je sais qu’à d’autres endroits d’autres réalités s’imposent. Mais au fond nous pourrions accorder aux autres ce qui nous paraît une évidence pour nous même. Nous ne sommes pas tous à mettre dans le même panier. Pourquoi les Roms le seraient-ils ? Pourquoi est-ce que cela nous rassure de les ranger dans une catégorie ? Je ne me lancerais pas dans l’analyse sociologique qui pourrait peut-être expliquer certains de nos réflexes les plus idiots. Ce n’est pas le lieu. Mais, avant d’être certain des actes de l’autre, ne faudrait-il pas commencer par poser nos actes en tentant d’éviter les peurs infondées ? J’aimerais qu’on retienne bien ancré au fond de chacun de nous qu’on ne reçoit bien souvent que ce que l’on donne.

Si vous voulez poursuivre la réflexion c’est par ici >

Le reste du grand angle http://www.myop.fr/fr/serie/stephane-lagoutte-roms

Le reportage avec l’article de la journaliste > http://www.liberation.fr/societe/2010/08/23/dans-les-cabanes-des-roms-de-villeneuve-le-roi_673771?photo_id=182796

Toni Gatlif parle des Roms et d’une de ces photos > http://www.telerama.fr/cinema/le-realisateur-tony-gatlif-les-roms-sont-des-parias-dont-on-veut-se-debarrasser,60292.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s