// Général/// Institutions

Marine Le Pen, présidente ? // Une contribution de Didier Le Bret, Diplomate

anonymous-680x365Je me pose aujourd’hui une question, et d’autres sans doute se la posent aussi. Que faire si d’aventure Marine Le Pen était élue en 2017 ? Cette question qui nous concerne tous n’est plus seulement une hypothèse d’école. Il faut s’y préparer. Mieux, elle devrait avoir droit de cité dans les débats politiques. Pour tous, mais aussi pour les agents de la fonction publique, 5,5 millions de Français, elle revêt un tour particulièrement aigu.

Servir son pays, lorsqu’on est fonctionnaire, c’est rendre le meilleur service possible aux « usagers », c’est éduquer nos enfants, prendre en charge les urgences médicales, assurer la sécurité de notre pays, défendre nos intérêts dans le monde, mais c’est aussi et surtout partager et promouvoir à travers nos actes des valeurs, à commencer par la plus fragile de toutes, la fraternité. L’exclusion, le racisme, la haine de l’autre, le nationalisme exalté, n’ont jamais rendu fraternelles nos sociétés.did

Dans mes fonctions au sein de l’Etat français, ce ne sont pas ces valeurs que j’entends servir.

La question dès lors se pose en termes simples : peut-on sans s’asservir, sans s’avilir,  servir un pouvoir, même élu, dont le programme et sans doute les actions sont à rebours des valeurs qui fondent l’idéal républicain ? Peut-on servir des hommes et des femmes qui vous font honte et qui font honte aux valeurs et à l’histoire de notre pays ?

Parmi les réponses envisageables, il en est une qui a déjà été expérimentée par nombre de peuples dans les périodes les plus troubles et les plus difficiles de leur histoire. Elle a eu ses héros : Martin Luther King, Gandhi. Son nom sonne comme un oxymore : désobéissance civile. Elle permet de dire non, sans pour autant prendre les armes ; elle incite à refuser de servir ceux dont le programme et la vision du monde heurtent profondément notre conscience. Elle permet tout simplement, selon la belle formule de Gandhi,  de ne pas renoncer au risque de cesser d’être un homme. 

Engager ce débat, c’est aussi et sans doute aider ceux qui, de rage, de guerre lasse ou de désespoir, pensent que l’heure du FN est venue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s