// Général/// Institutions

La fin des sénateurs // Une contribution de Jean-Michel Djian, journaliste, professeur associé à Paris-VIII

9782203312104Pourquoi est-il si difficile de bouleverser l’ordre des choses alors qu’un contexte politique  inédit prête  à en changer? Comment est-il  possible de rester aussi inerte devant le dysfonctionnement institutionnel de la démocratie alors que germe une  révolte qui ne s’entend pas ? Prenons le Sénat et focalisons-nous une bonne fois pour toute sur cette cocasserie. Chaque parlementaire de la Chambre Haute coûte au contribuable 920.000 euros par an. Relisons bien : neuf cent vingt mille euros. Et c’est sans compter sur les 32 millions  consacrés à  la Chaine Public Sénat et  l’entretien du Jardin du Luxembourg. Au total ce sont 372 millions qui sont engloutis  dans une des institutions les plus dispendieuses de la République eu égard de son pouvoir réel sur la fabrication de la loi. Qui peut dire en toute sincérité que notre démocratie peut aujourd’hui se payer le luxe d’entretenir pareil monument historique sans s’interroger sur son bien-fondé? Comment ne pas comprendre que l’Assemblée nationale qui, constitutionnellement détient  le dernier mot sur l’activité législative, récupèrerait du  souffle et un  crédit en  s’affranchissant  d’un Sénat qui depuis la nuit des temps ne l’oblige qu’au compromis, et le  renforce dans ses conservatismes ?

Puisque le courage n’est pas la vertu cardinale de nos politiques proposons-leur d’exercer celle de notre imagination. Supprimons d’un même élan le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental (autre institution dépérissante  et coûteuse  de la République) pour les remplacer par une Agora des Quatre saisons. Un lieu distinct du Palais Bourbon où les citoyens qui paient leurs impôts (et seulement eux) demanderaient à s’exprimer publiquement dans ce qui serait un Sénat citoyen débarrassé des contraintes parlementaires et obligations de légiférer. Tirés au sort comme dans les Jurés d’Assises, par le Premier ministre ces citoyens se verraient offert l’hémicycle pour exposer, sur la base d’une communication d’intérêt général, une idée, une revendication, une injustice, une réforme devant des députés, chef d’entreprises ou ministres concernés par l’objet.  Il existerait une saison  consacrée à la vie économique et industrielle, celle du Printemps. Celle de l’été  serait dévolue à la culture et à l’éducation ; l’automne  à l’environnement et à l’écologie. Et enfin l’hiver à la justice et aux affaires sociales.  Retransmis sur Public Citoyen (nouvelle appellation de Public Sénat), les heureux élus  du peuple tirés au sort se verraient offrir la possibilité de se documenter avant de plancher, voire de se faire coacher pour maximaliser leur chance de se faire comprendre à la tribune. Un vote électronique jugerait de la pertinence de l’intervention et engagerait, selon les résultats, le ministre ou le député d’un droit de suite. En imaginant une vingtaine de communications/ débats par saison, ce sont au total  près d’une centaine de citoyens qui, chaque année, pourraient ainsi faire valoir leurs droits à l’expression publique, aérer le débat démocratique et surprendre la société.

3 réflexions sur “La fin des sénateurs // Une contribution de Jean-Michel Djian, journaliste, professeur associé à Paris-VIII

  1. C’est une idée intéressante, on pourrai imaginer qu’une obligation serait faite aux employeurs de permettre aux salariés désignés de participer aux débats et propositions. .. Mais pourquoi seulement les citoyens payant leurs impôts ?

    J'aime

  2. D’abord c’est une idée qui doit s’accompagner, on ne laisse pas comme ça « des citoyens » face à la machine de l’état. Et je suis d’accord, le côté individuel me pose problème. S’il faut éduquer, diriger avant que le citoyen puisse s’exprimer ça laisse trop de dérive possible. Je reste plus convaincu par l’idée de l’intelligence collective. Nous en avions parlé dans ce post : https://poliscite.com/2015/01/27/notre-pouvoir/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s