// Général/// Institutions

Mandat d’arrêt pour les politiques // Une contribution de Samuel Doux, réalisateur, scénariste, écrivain

Media-Posters-Pancho-RewardNe pas se raconter d’histoire. On arrête de voter complètement ou on repense tout. Ne pas dire : tout mettre par terre, tout casser, tout reprendre à zéro. Ce n’est pas l’idée.

Quoi alors ?

Gravir une marche dans la démocratie. Aujourd’hui les moyens pour écouter les citoyens n’ont jamais été aussi nombreux et faciles. C’est pourtant nous – les citoyens – qu’on entend le moins. Les journalistes en mal d’auditeurs, racoleurs, ça oui. Les chroniqueurs qui font des vérités de leurs avis personnels, oui également. Les femmes et les hommes politiques qui assurent oeuvrer pour notre bien, on les entend. Les minorités radicales aussi. Tout le monde médiatique crie. Ils ne devraient pas, il n’y a rien à recouvrir, nous ne parlons pas. C’est un problème grave. Nous ne comprenons pas. Nous regardons l’arène, nous n’y entrons pas, nous ne la renversons pas non plus.

Comment les femmes et les hommes politiques peuvent-ils se tenir si loin de nous dans un monde ou tout nous semble si proche ? On peut voyager vite et loin, on peut connaître quotidiennement les informations du Laos, regarder un film indépendant mexicain à l’heure qui nous convient. Mais parler à notre représentant politique ce n’est presque pas possible. Savoir comment sont utilisés exactement nos impôts n’est pas simple. Participer aux changements de l’école où étudient nos enfants, impossibles également, etc. Cette coupure qui se propage partout, ce sentiment d’exclusion devrait nous pousser à [ré]inventer notre système d’intervention dans la vie politique.

Ceux qui nous dirigent ne voit pas comment faire. Ce n’est pas de la mauvaise volonté, simplement ils ne peuvent remettre à ce point en cause le système dans lequel ils se trouvent. On peut les comprendre, comment dessiner l’arbre sur lequel on est assis ? C’EST DONC À NOUS DE PRENDRE CES CHANGEMENTS EN MAIN. À NOUS DE PARLER, INVENTER, PROPOSER. C’est possible, puisque, comme le disait Sophie Nordmann il y a quelque jour sur POLIS – nous avons atteint l’instant propice pour ça.

Quoi changer alors ?

Pour aujourd’hui, prenons par exemple le non-renouvellement des mandats politiques. Un seul mandat pour le Président, un seul mandat pour les députés, un seul mandat pour les présidents de conseils régionaux, deux mandats pour les maires (qui eux sont en contact direct avec les citoyens.) Si ces élus ne peuvent plus garder leur place au-delà d’un mandat il n’y a pour les citoyens, pour nous, aucun désavantage ! Ainsi ces « élites » tourneraient, ils passeraient de la sphère publique à la sphère privée apportant de l’une à l’autre l’expérience accumulée. Les guerres pour conserver le pouvoir seraient sans aucun doute plus saines. Le travail effectué serait pour les citoyens dans leur ensemble non pour des électeurs qui s’apprêtent à voter encore et encore pour les mêmes femmes et les même hommes. La notion de service rendu à l’état serait mise au centre de l’exercice du pouvoir.

Et, si les femmes et les hommes politiques rendaient service réellement à l’état – il serait plus difficile pour les citoyens de les montrer du doigt. Gain de confiance, de calme, de sérieux. Pourquoi arnaquer l’état, si l’état est vertueux ? Pourquoi défiscaliser ses richesses, si l’état est transparent ? Le non-renouvellement des mandats permettrait également d’assainir les affrontements entre partis. Si on ne travaille pas pour garder le pouvoir c’est donc qu’on travaille pour des idées, une vision politique. Les lignes pourraient s’éclaircir où se rejoindre naturellement. Aucun désavantage pour nous donc, le problème c’est eux. Bien sûr ils ne le feront jamais. À nous de leur imposer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s