// Droits Libertés/// Général/// Photographies

Lumières Noires // Une contribution de Stéphane Lagoutte, photographe

SLMauritanie01 SLMauritanie02 SLMauritanie03 SLMauritanie04 SLMauritanie05 SLMauritanie06 SLMauritanie07 SLMauritanie08 Sur la plage, aux abords de la partie nord de Nouakchott. Nouakchott, port artisanal. SLMauritanie11 SLMauritanie12

Entre 2003 et 2007, j’ai sillonné la Mauritanie de long en large. En dormant chez l’habitant, dans des hôtels de fortune ou en plein air au bord des routes et des pistes. Je voulais étudier les rapports interethniques dans ce pays à la frontière du Maghreb et de l’Afrique Noire. Une tâche que certains dissidents politiques expatriés m’avaient déconseillé de mener tant ils trouvaient dangereux de s’attaquer à de telles questions sous la dictature qui sévissait alors. Pourtant le désir d’aller là où on me disait qu’il ne fallait pas a été plus fort. Ce furent des voyages extraordinaires. Dans les taxis-brousse nous nous arrêtions 5 fois par jour pour les prières et pour le thé. Les Mauritaniens me regardaient ne pas prier puis ils m’offraient le thé. Je suis persuadé qu’ils continueraient de la même manière si les touristes n’avaient pas déserté cette région du monde.

Comment faire pour dépasser nos peurs ?

Aujourd’hui, mes proches s’inquiètent quand je me rends à Beyrouth. Sauf que l’image qu’ils peuvent avoir de cette ville n’a rien à voir avec la réalité qui m’entoure lorsque je suis là-bas. Pas d’angélisme non plus, le danger existe, mais au fond bien moins important que ce que nos fantasmes alimentés par les médias semblent vouloir nous faire croire.

Encore une autre histoire à ce propos. Un ami photographe se rend en Algérie, invité par l’institut français. Sur Facebook il fait un simple post disant  «… Algérie… 17 février » les commentaires ne se font pas attendre : « Bon courage, pas trop la période si je ne m’abuse », « Prudence ! », « Je n’aime pas », « mouais…mouais…mouais… », « Sois prudent ! », « ton instinct est ton moteur le plus sûr », « Enjoy ! » (ouf). Et lui, fort heureusement de répondre : « Ambiance très cool accueil chaleureux, un vrai plaisir d’être ici de parler photographie avec des photographes algériens. »

Nos peurs nous enferment. Les frontières deviennent des murs difficiles à franchir. Et certaines parties du monde, comme certains endroits de notre propre pays finissent par être désertés. La distance qui nous sépare alors crée des flous. Les « gens de là-bas » deviennent des entités (identitaires) plutôt que des particuliers. Ne pas avoir l’occasion de connaître l’autre c’est malheureusement souvent le craindre. Et l’étranger devient synonyme de danger. Oui, le pire dans tout cela c’est bien l’isolement de régions et de peuples.

2 réflexions sur “Lumières Noires // Une contribution de Stéphane Lagoutte, photographe

  1. la photo de notre train,le plus long du monde et le deuxieme poids mondial aprés celui de l’afrique du sud,à l’entrée de l’azeffal entre zouérate et la localité de touajil

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s