// Général/// Photographies

Pansons ! // Une contribution de Stéphane Lagoutte, photographe

Salam s’est vu refuser son visa car il a été « kidnappé par les américains ». Ces mots résonnent comme un haïku sur la relativité des valeurs, des croyances et des identités. Salam, Chrétien Irakien, militaire dans l’armée de Saddam Hussein, a été fait prisonnier pendant la guerre du Golfe, aujourd’hui lequel de ces adjectifs qui le définissent l’empêche de quitter son pays ?

Lors de mes voyages j’ai toujours ressenti l’attachement des habitants à leur pays. L’enracinement comme point commun. Que ce soit chez les cubains qui fuyaient leur île il y a vingt ans, en ne rêvant que d’y retourner, ou bien chez les vieillards centenaires, indiens et pakistanais, qui avaient dû migrer au moment de la partition, ou encore avec les exilés palestiniens de Syrie au Liban. Sur ma route seuls les chrétiens d’Irak ont franchi un seuil irréversible. Il leur a fallu choisir entre la conversion et l’exil. La mort ou la fuite. Ils ont vécu une telle succession de catastrophes et depuis si longtemps qu’ils semblent avoir consommé le deuil de leur terre. Désormais leurs racines se posent ailleurs au coeur de leur communauté. 

On voudrait penser le monde comme un ensemble de dualités. C’est rassurant. Je suis cela et lui est ceci. Les riches, les pauvres, les croyants, les infidèles, le nord, le sud, le bien et le mal. Comment se fait-il que les clivages rassurent tant ? On se souvient de la prédiction d’un vingtième siècle religieux. Ou plutôt était-ce mystique ? Et puis, qu’est-ce qu’une croyance ? Quand le président américain dit « que dieu bénisse » l’Amérique, il fait du rêve américain une religion suprême. Il place sa culture, son identité au niveau d’une religion. Comment alors ne pas repenser à la vie brisée de Salam…

Oui nous vivons dans un monde de croyances. Nous rêvons que tout cela puisse cohabiter. C’est une chimère. L’homme, la plupart du temps, finit par faire appel à ses instincts primaires pour résoudre ses différents, pour posséder, pour démontrer. En Irak, en Syrie, au Kenya, au Nigeria, en France, partout en réalité. Face à ce monde religieux, mystique, croyant, parti en croisade sur tous les fronts, nous n’avons plus que sagesse et intelligence pour rester debout. J’ai bien conscience que ces mots ont peu de force. Mais face à cette volonté de démontrer sa foi par les faits, le concret, la preuve, l’horreur, je ne peux opposer au fond que des idées. À quel moment de notre histoire avons-nous commencé à moquer la pensée au prétexte qu’elle ne fait rien ?

Le quartier de Beyrouth où je suis allé à la rencontre de ces réfugiés chrétiens d’Irak, est pour partie chiite, pour partie kurde et chrétiens. Le dispensaire tenu par des sœurs qui m’a ouvert ses portes reçoit, certes, beaucoup de chrétiens réfugiés mais aussi des mères de famille musulmanes du quartier où il est installé. C’est un petit dispensaire implanté de longue date qui prend soin de prodiguer une médecine de qualité. Rigueur, cœur, intelligence. S’y retrouver c’est troquer sa communauté pour une autre plus large. Celle du besoin. Ou comment la nécessité réussit parfois aussi à engendrer la tolérance. 

myop_lags_s2915_104556 myop_lags_s2915_104557 myop_lags_s2915_104560 myop_lags_s2915_104564 myop_lags_s2915_104565 myop_lags_s2915_104580 myop_lags_s2915_104582 myop_lags_s2915_104588 myop_lags_s2915_104593 myop_lags_s2915_104595 myop_lags_s2915_104611 myop_lags_s2915_104619

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s