// Général

Choisir son camp ou pas… // Une contribution de Nathalie Kuperman, écrivain

Est-ce ainsi que les hoDENIS_hyper_20_web-e1426312821346mmes vivent ?

Dans un supermarché, une mère dit à son fils : Repose immédiatement ces yaourts. Ils ont dit que c’était bon pour la croissance, répond le gamin. Et moi je te dis que si tu ne les reposes pas tout de suite, je sors le Nutella du caddie. D’accord, dit l’enfant, résigné. Un d’accord de principe qui ne signifie pas que le garçon comprenne pourquoi il faille choisir entre le Nutella et les yaourts. Un « d’accord » qui rappelle celui du petit s’adressant à son père dans le roman de la fin du monde : La route de Cormac McCarthy. D’accord. J’ai continué mon chemin entre les allées du supermarché en me disant « d’accord » devant les produits (j’ai attrapé des lingettes M.Propre, puis acheté des pains au lait sous plastique en me convaincant que, chauffés au grille-pain, ils seraient délicieux), et je ne ferai pas ici la liste des choses insensées qui ont atterri sur le tapis de caisse. 

D’accord. Pour venger l’enfant qui venait de subir l’expression d’un chantage, je m’étais interdit de choisir. J’avais pris tout ce que je pouvais dans une boulimie consumériste, et je m’en suis mordu les doigts dès la sortie du supermarché. Les sacs étaient lourds d’un je-ne-sais-quoi de révolte mal dirigée. Je venais de taper du pied (ce que l’enfant n’avait pas fait, je l’avais fait à sa place) en me disant : ce que je veux, je prends. Une façon de ne pas être d’accord, Hyper-03-72absurde, ridicule, infantile. Alors, forcément, après avoir gravi mes quatre étages sans ascenseur et avoir posé mes paquets, je me suis demandé en quoi le « d’accord » du petit garçon avait provoqué chez moi une attitude passéiste de consommatrice, alors que je lutte jour et nuit (j’exagère) contre les effets de la pub sur mon cerveau. Et j’en reviens à D’accord, me rendant compte que la situation politique dans laquelle nous sommes me soumet à devenir d’accord avec des tas de gens avec lesquels je ne le suis pas. Ceux avec lesquels je suis d’accord parlent de voter à droite au premier tour pour contrer le FN, mais je ne suis pas d’accord. D’autres avec lesquels je suis d’accord parlent de s’abstenir au second tour entre la droite et le FN, mais je ne suis pas d’accord. La France est prise entre deux feux : la montée de l’extrême droite et le risque d’attaques terroristes. Je dois y croire. Je me force à y croire. Et là où la peur rôde, c’est quand on commence à se demander si, comme vous, il arrive à ces gens dont on a peur, de s’émouvoir parce que le rayon du soleil vient précisément se réfléchir sur la goutte posée sur la feuille d’un arbre, et que ça rappelle forcément un poème appris quand on était petit, d’où qu’on vienne. Mais peut-être pas, au fond, qu’est-ce que j’en sais ?

Voilà, mes placards sont remplis de produits qui vont périr sans que je les consomme. Et j’ai honte à plusieurs titres. Honte parce que c’est pécher que de jeter la nourriture, et honte de m’être laissée aller, de n’avoir pas compris que cette mère avait raison, qu’il faut choisir son camp. Le mien ? Il serait grand temps que je me pose la question, et je me dis (en passant mes lingettes M. Propre sur les surfaces planes) que je ne dois pas être la seule à avoir envie de.

Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Et leurs regards au loin me suivent.

Les photos est tirées d’une série créée par Denis Darzacq on peut en voir d’autres ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s