// Général/// Institutions

Plaidoyer pour une dépolitisation des enjeux éducatifs. // Une contribution de Jean-Pierre MONGENIE, Ancien Proviseur (Seine-St-Denis, Parsi)

Education2

La France est un des pays développés qui consacre le plus de moyens à son système éducatif secondaire. Pourtant, les différentes études internationales, PISA entre autre, montrent qu’en termes de performances des élèves, nous nous situons plutôt dans une moyenne basse, bien peu satisfaisante, et qui explique en partie le taux record de chômage des jeunes dans notre pays.

Longtemps sourde à ce problème, tant notre mythologie collective avait sacralisée l’école, l’opinion commence à prendre conscience des enjeux.

L’histoire du système éducatif est consubstantielle de l’histoire de la République.  A la fin du XIX éme siècle, L’Instruction devenue Publique fut l’instrument du pouvoir politique ayant permis de consolider l’idée d’une République, une et indivisible, où tous les citoyens parlent français. Mais aussi d’une République laïque, triomphant définitivement de la contre-révolution royaliste et catholique.

Pour ces raisons majeures et d’autres, historiquement moins fortes, comme le système de cogestion, (Etat/syndicats), institué à la Libération, notre système éducatif présente cette particularité bien française, d’être en permanence traversé par des débats idéologiques et de constituer un enjeu majeur pour toutes les sensibilités politiques.classement_pisa2012

Cela se traduit à tous les niveaux du système et influe négativement sur ses performances. Je pense qu’il pourrait exister un consensus minimum, acceptable par tous les républicains, pour accepter l’idée que le but de l’école est à la fois d’élever le niveau général de connaissances de la population et de lui donner les moyens de s’insérer dans l’activité économique nationale. Sans y introduire tous les débats idéologiques qui traversent notre société.

Au niveau national, il est devenu rituel, que chaque changement de majorité, induise une réforme du second degré. Les réformes se suivent donc au gré de l’accélération des alternances politiques. Personne ne se souci d’évaluer les effets de la réforme précédente, ni-même de savoir si elle fut tout ou partie mise en œuvre. Cette insécurité institutionnelle, génère chez les personnels, une sorte d’anxiété et une perte d’énergie au détriment de ce qui devrait être le cœur de leur métier, instruire et éduquer. A cela s’ajoute qu’à chaque nouvel enjeu sociétal, il ne manquera jamais un politique ou un faiseur d’opinion pour charger l’Education Nationale de le résoudre.

Le problème est que le temps politique, forcément court dans une démocratie, n’est pas le temps, forcément long, de tout processus éducatif. Quels effets significatifs d’une réforme, espère-t-on sérieusement percevoir sur un quinquennat ou une mandature, ou pire, le temps d’un gouvernement ?

Au niveau local, celui de l’établissement secondaire (Etablissement Public Local d’Enseignement), collège ou lycée, selon la définition légale, les débats idéologiques se transposent et ne sont pas moins virulents.

4360018_5_9fd0_un-systeme-tres-inegalitaire-en-france_13ff42e98ad5e198cfcd209e53080d70Opposition factice, enseignants/administration, syndicats s’affrontant dans une concurrence permanente et bien souvent tout ce petit monde uni contre les parents d’élèves, dont le regard sur le fonctionnement de l’établissement est, depuis toujours, mal toléré. Parents d’élèves, eux-mêmes, se définissant en fonction des sensibilités politiques des fédérations auxquels ils appartiennent.

Il est largement reconnu dans les familles, que pour éduquer, il faut tenir un discours cohérent et uniforme.  Il en est de même à l’école. Or c’est bien souvent dans les établissements confrontés aux plus grandes difficultés que les affrontements entre adultes sont les plus virulents. L’institution ne leur apportant pas les moyens de les résoudre.  Bien au contraire, ces difficultés sont parfois générées par le système lui-même, quand il affecte, par exemple, de jeunes débutants dans les endroits les plus difficiles. Exactement là où,  maîtrise professionnelle, cohésion et sérénités sont les plus indispensables.

Alors que faire ?

Je pense que pour soustraire notre système à ces débats stériles, il faut substituer au Ministère de l’Education Nationale une autorité indépendante, sur le modèle du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, du Conseil Constitutionnel ou du Conseil d’Etat.  Ces membres seraient désignés par les plus hautes instances de la République. Ils jouiraient d’une indépendance garantie par la loi. Ils seraient non-révocables, pour une période elle-même définie par le législateur.

Cette instance définirait les grandes orientations, garantirait la validité des diplômes nationaux. Le corolaire serait d’accorder une plus grande autonomie à l’EPLE pour qu’il se donne les moyens de parvenir à atteindre les objectifs nationaux fixés, tant il est vrai que les environnements locaux sont spécifiques. Là aussi, toutes les études internationales démontrent que,  plus les établissements  sont autonomes, plus leurs performance s’accroissent, bien sûr avec tous les contrôles et contre-pouvoirs nécessaires.

Proposition certainement provocatrice, l’éducation est un enjeu politique auquel les partis ne sont pas près  de renoncer.  Se pose, néanmoins, toujours la question, non résolue à ce jour, de son efficacité. Et ce ne sont pas de nouvelles et énièmes réformes, décidées depuis la rue de Grenelle qui apporteront les solutions souhaitables pour la nation et sa jeunesse.

Pour en savoir plus sur l’état de l’éducation nationale c’est ICI & ICI

Une réflexion sur “Plaidoyer pour une dépolitisation des enjeux éducatifs. // Une contribution de Jean-Pierre MONGENIE, Ancien Proviseur (Seine-St-Denis, Parsi)

  1. Pingback: Plaidoyer pour une dépolitisation des en...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s