// Général

La gauche, corps endormi ? // Une contribution de Mazarine Pingeot, professeur à l’université Paris 8

ghenie2Intéressante conversation mardi 2 juin sur France culture – dans les Matins animés par Marc Voinchet – entre Guy Birenbaum qui vient de publier un livre sur le burn out et accessoirement sur sa dépression et Henri Vacquin sociologue du travail. (Pour écouter l’mission tout en lisant, c’est ICI)

Il est à un moment question de la proposition de loi faite par Benoît Hamon quand il était ministre de l’éducation nationale de faire rembourser par la sécurité sociale le burn outExcellente idée pour Birenbaum, soupir d’exaspération d’Henri Vacquin.

Et il dit en substance ce qui à mon sens est le nerf de la guerre, comme le défi à venir de la gauche : pourquoi les politiques (de droite comme de gauche, mais en l’occurrence plutôt de gauche) ont pour seule réponse à un drame social de rembourser le dommage, et donc de payer, plutôt que de transformer le rapport au travail. Pourquoi a-t-on adopté la logique de la dette, plutôt que la logique du politique au sens noble qui considère que l’on peut transformer une société.

Certes, transformer le rapport au travail est tâche de longue haleine, les mœurs sont coriaces, et peu malléables par un pouvoir politique direct. Oui mais, changer les mentalités, c’est avant tout changer les dispositifs, l’éternelle antienne de la poule et de l’œuf que de nombreuses réformes remettent sur le tapis : quotas pas quotas, discrimination positive pas discrimination positive, etc. : autrement dit, quand la loi semble contredire l’objectif, quand les moyens sont indignes de la fin, et que néanmoins on voit mal comment atteindre la fin (à savoir précisément une transformation des mœurs), sans ces moyens qui la dévoient.

Alors en attendant on paye au lieu de s’attaquer au cœur du problème : comment en arriver au suicide dans une grande entreprise, comment en arriver au burn out dans la fonction publique, bref comment tomber malade du travail dans une société où la performance est mot d’ordre et où un grand nombre de systèmes de management ont réinventé l’esclavage moderne.

On fait comme ces pères coupables de n’avoir pas été assez présents au moment où leur fils en avait besoin, et qui à défaut leur octroient de larges subsides, on fait comme ces mères dont le besoin de protéger l’emportera toujours sur le besoin d’émanciper. C’est qu’il y a art-weekly-adrian-ghenieun nœud psychologique sous-jacent à toute idéologie. Pourtant, la gauche devrait être capable de proposer autre chose que d’étendre le champ de la sécurité sociale (sans compter qu’avant de l’étendre, peut-être faudrait-il en interroger l’usage actuel. S’est-on avisé par exemple qu’il s’agissait là d’une aide parfaitement inégalitaire puisque les soins sont au même prix qu’on soit riches ou pauvres ? Mais foin de la réflexion, on ne touche pas aux symboles, on les dévoie…)

Qu’y a-t-il au fondement d’une telle proposition ? Un angélisme ? Un excès de bonté ? Ce n’est pas avec cela qu’on fait de la politique ! car si l’on est gentil, on écoute toujours les victimes, leur souffrance, si l’on est gentil, on n’abolit pas la peine de mort, on pleure sur le corps des enfants torturés, si l’on est gentil, on fait de la victime l’acteur principal de notre société.

La conséquence immédiate est l’excès de pathos et son nouveau pouvoir de légitimation : Guy Birenbaum entend l’agacement de Vacquin puis s’esclaffe : mais très bien ! on ne va pas rembourser, mais alors, quand on est au fond du trou on fait quoi ? des trémolos dans la voix, les larmes qui affleurent, on sent qu’il n’est pas encore totalement sorti de la dépression qui l’a mené sur ce plateau. Face à ce cri, quelle réponse ? Mais aucune mon camarade, car deux régimes s’affrontent : le champ des idées, de la proposition politique, et le champ de l’affect. Qui l’emporte aujourd’hui ? Devinez.

Et Vacquin de rappeler précisément les fondamentaux du CNR, le conseil national de la résistance : il n’y a pas contradiction entre ces fondamentaux et la remise en cause – non pas du principe – mais de l’usage. Cherchons à repenser la gauche sans trémolos dans la voix, cherchons à redonner à la gauche son ambition politique et pas son rôle d’assistante sociale.

Les deux illustrations sont des peintures d’Adrian Ghenie, peintre de la nouvelle scène Roumaine pour en savoir et en voir plus c’est par ICI et ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s